• ???


    Homographes non homophones...

    ...Homographes homophones...

    ...Homophones...

    En français : deux mots composés des mêmes lettres se prononce toujours de la même façon !

    En êtes vous bien sûr ?

    Voici quelques exemples d’homographes de prononciations différentes ! (Homographes non homophones)

    Sortant de l’abbaye où les poules du couvent couvent, je vis ces vis. Nous portions nos portions, lorsque  mes fils ont cassé les fils. Je suis content qu’il vous content cette histoire. Mon premier fils est de l’Est, il est fier et l’on peut s’y fier, ils n’ont pas un caractère violent et ne violent pas leurs promesses, leurs femmes se parent de fleurs pour leur parent. Elles ne se négligent pas, je suis plus négligent. Elles excellent à composer un excellent repas avec des poissons qui affluent de l’affluent. Il convient qu’elles convient leurs amis, elles expédient une lettre pour les inviter, c’est un bon expédient. Il serait bien que nous éditions cette histoire pour en réaliser de belles éditions.

    Voyons aussi quelques exemples d’homographes de même prononciation (Homographes homophones)

    Cette dame qui dame le sol Je vais d'abord te dire qu'elle est d'abord agréable. A Calais, où je calais ma voiture, le mousse grattait la mousse de la coque. Le bruit dérangea une grue, elle alla se percher sur la grue. On ne badine pas avec une badine. En mangeant des éclairs au chocolat à la lueur des éclairs. En découvrant le palais royal, il en eut le palais asséché, je ne pense pas qu'il faille relever la faille de mon raisonnement.

    Voici le meilleur exemple d’homophone (mot de sens différent mais de prononciation identique)

    le ver allait vers le verre vert

    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

     

    Ce qui suit est à méditer bien que vieux de près de 400 ans...
    mais regardez bien le dernier paragraphe, il n'a pas pris une ride !

    La citation de Colbert & Mazarin :


     ColbertPour trouver de l'argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. j’aimerais que Monsieur le Surintendant m'explique comment on s'y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu'au cou…

    Mazarin: Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu'on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l'État…, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l'État en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les États font ça.

    Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l'argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ? 

    Mazarin: On en crée d'autres.

    Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu'ils ne le sont déjà.

    Mazarin : Oui, c’est impossible.

    Colbert: Alors, les riches ? 

    Mazarin: Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres. 

    Colbert : Alors, comment fait-on ?

     Mazarin: Colbert, tu raisonnes comme un fromage (comme un pot de chambre sous le derrière d'un malade) Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d'être riches et redoutant d'être pauvres ! c'est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser… c'est un réservoir inépuisable.

    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

     

    La nouvelle génération... (génération Y)

     

     

     

     

    « Exposition canine Niort février 2014La première »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    6
    Samedi 8 Mars 2014 à 21:05

    Un bien sympathique moment passé avec cet article...

    Tu m'as bien fait rire....:))

    ****

    Dimanche je suis allée au "Fauteuil rouge" voir "Supercondriate"

    A voir ..... très très drôle .... 

    ****

    Bonne soirée Muriel.

    Bisous.)

    5
    Jeudi 6 Mars 2014 à 17:48

    coucou Muriel

    j'aime bien celle du gamin à qui la mère dit qu'il n'a pas été téléchargé !! lol

    bisous, belle soirée

    sylvie

    4
    Mercredi 5 Mars 2014 à 20:42

    J'ai beaucoup aimé tes phonographes...Heu !!! je voulais dire homophones et homographes.

    C'est vrai, que la langue de Molière est très riche, quoique compliqué.

    Le dernier paragraphe, m'a bien plu, il n'a prit aucune ride, et est donc toujours d'actualité.

    Bisous et douce soirée, avec ton petit homme et tes petits poilus.

    Aimée.

    3
    Mercredi 5 Mars 2014 à 09:48
    nays1

    Bonjour Muriel

    c'est vrai qu'elle est très compliquée la langue française parait que le chinois est bien plus facile, pas de conjugaisons pas de pluriels ou pluriaux ?  hihi

    franchement je trouve qu'ils pourraient y mettre un  peu d'ordre, le flamand et l'anglais sont aussi plus faciles bon l'allemand ça c'est une autre histoire ;)

     

    eh oui c'est la classe moyenne qui y perd ses plumes et dieu sait si elle travaille

    pas une sinécure par exemple d'être indépendant de nos jours, je pense a mes grands parents qui eux étaient " libres " et responsables d'eux mêmes..enfin..

     

    hihi les générations futures 

    bonne journée Muriel

    évènement a souligner on a du soleil

    bisous et aux pupuces et les autres ♥ ♥

     

     

    2
    Mercredi 5 Mars 2014 à 07:50

    Coucou

    ehhhh oui,triste vérité 

    bisous vous tous

    1
    Mitou
    Mercredi 5 Mars 2014 à 07:12

    coucou Muriel

    Un article vrai de vrai !! bien pensé et super illustré tu as fait un bon travail !!

    20/20 !!!!! première dans ta catégorie !!!

    l'ancienne réalité qui rejoint la nouvelle !!! tout est dit et tout est vrai !!

    gros bisous et bonne journée je me dépêche c'est mon premier jour de cure !!!

    MITOU

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :